Notions de routage statique et lexique réseau

Notions de routage statique et lexique réseau

A la suite de mon tout premier cours sur le réseau qui avait particulièrement bien fonctionné, je me suis promis de prendre le temps de vous faire une suite.

Aujourd’hui nous allons parler de routage (statique pour le moment). Nous verrons ce que signifie le terme routage statique et quelle est son utilité, ses limites et son futur.

A quoi ça sert un routeur de façon générale ?

 
Si vous avez bien suivi votre cours, vous savez que deux PC avec les adresses 192.168.1.1/24 et 192.168.1.2/24 peuvent communiquer s’ils sont reliés par un switch. Ces deux adresses IP sont dans le même sous réseau de masque 24 le sous réseau 192.169.1.0/24. Jusqu’ici aucun problème.

Que se passe t’il si je veux que mon sous réseau 192.168.1.0/24 puisse communiquer avec un sous réseau proche comme 192.168.10.0/24 ? Suffit t’il de rajouter un câble entre deux machines de chaque sous réseau ?

Pour faire communiquer nos deux sous réseaux ensemble, il va falloir les joindre. On va faire cela grâce à un routeur. Je vous avait précédemment expliqué l’un des usage d’un routeur qui était de relier internet à notre réseau local. Un routeur permet plus globalement de faire la jointure avec plusieurs sous réseaux. Le routeur doit donc être un dispositif possédant au moins deux interfaces réseau.

En informatique on utilise le plus souvent des routeurs cisco. On peut néanmoins utiliser n’importe quel PC possédant plusieurs interfaces réseau pour faire office de routeur. Un routeur possède donc 2 adresses IP.

D’accord donc adresse IP, masque, routeur… Suis-je prêt à communiquer avec d’autre sous réseaux ?

Mais en fait non, il manque un élément essentiel ! Comment est ce que le PC peut savoir qu’il y a une sortie au sous réseau auquel il est connecté ? Il ne peut pas de lui même (sauf si un serveur DHCP bien configuré est présent). Il va falloir lui indiquer qu’il existe un chemin ou plutôt une route statique entre le sous réseau actuel et le sous réseau de destination délimité par une passerelle. (la route par défaut est représentée par le sous réseau 0.0.0.0/0 avec indication de la passerelle utilisée)

Les routes fonctionnent dans les deux sens. C’est à dire que si un PC d’un sous réseau veut communiquer avec un autre d’un autre sous réseau, il faut que les deux PC connaissent les routes de l’un vers l’autre.

Si l’on veut rajouter un sous réseau à notre réseau existant en utilisant un routeur, il faudra également lui renseigner les routes qui sont nécessaire a son fonctionnement comme indiqué sur le schéma ci-dessous.

Vous l’aurez compris, le PC sur le schéma préférera passer par le routeur à droite par défaut car c’est la où est défini sa passerelle. Pour qu’il puisse se diriger vers la gauche et le sous réseau 192.168.100.0/24, on sera obligé de lui communiquer la présence d’une route supplémentaire en ajoutant le routeur faisant office de passerelle entre les deux sous réseaux.

Pour se souvenir des routes, chaque appareil dispose d’une table de routage qui se compose du sous réseau à atteindre, de l’interface utilisée pour y parvenir et de la passerelle nécessaire et ce pour chaque sous réseau. (A moins d’utiliser une route par défaut)

Nous n’allons pas voir de plus grandes configurations, je vous invite a lire cet article plus complexe mais complet.

Avant de clôturer cet article, voyons quelques définitions.

 

  • Route : Chemin entre deux sous réseaux différents.
  • Routeur : Le routeur permet de rediriger des paquets (données) d’un sous réseau à un autre. Il possède plusieurs adresses IP et donc plusieurs interfaces réseaux.
  • Passerelle : Limite du sous réseau actuel et appareil permettant de faire la jointure entre plusieurs sous réseaux (Souvent un routeur).

 
Sources :